Aller au contenu

Sécurité

Voyager au Cameroun

Conseils de sécurité

 

Régions Nord et Adamaoua :

Dans les régions du Nord (capitale : Garoua) et de l’Adamaoua (capitale : N’Gaoundéré), le risque terroriste est moins élevé que dans l’Extrême-Nord. Des tensions croissantes sont perceptibles et des incidents de sécurité régulièrement signalés : coupeurs de route, découvertes de caches d’armes, infiltration d’éléments armés incontrôlés venus de l’extérieur, enlèvements nombreux dans l’Adamaoua.

Région Extrême-Nord :

Toute la région Extrême-Nord du Cameroun dont la capitale est Maroua, est formellement déconseillée du fait des combats observés dans certaines zones, du risque terroriste et du risque d’enlèvements, attestés par les enlèvements de Français et d’autres étrangers, survenus les 19 février 2013, 14 novembre 2013, 4 avril 2014 et 17 mai 2014.

Frontière avec la République centrafricaine (RCA) et avec le Tchad :

Il est formellement déconseillé de se rendre dans une bande de 30 kms le long de la frontière du Cameroun, du lac Tchad jusqu’au sud de la localité de Yokadouma en raison de la situation sécuritaire en RCA et de la porosité des frontières à des bandes armées (braconniers, bandits, trafiquants en tous genres…). Des accrochages violents ont lieu régulièrement entre forces de l’ordre camerounaises et éléments armés. De nombreux enlèvements ont été perpétrés. En mars 2015, un groupe de 16 voyageurs a ainsi été enlevé par des hommes armés, sur la route nationale 1, à proximité de Garoua Boulaï (ils ont été libérés en juillet 2016 ; deux sont morts en captivité).

Les villes de Garoua-Boulaï et de Touboro sont particulièrement déconseillées. La traversée de la zone rouge par les personnes empruntant les routes reliant Yaoundé à N’Gaoundéré via Garoua-Boulaï, ainsi que celles qui relient Garoua et N’Gaoundéré à Moundou (Tchad) via Touboro, doit se faire sous escorte armée.

Il en est de même des déplacements par route dans le sud-est du Cameroun impliquant de passer par Yokadouma.

Pour toutes ces traversées de zone rouge, qui ne sauraient être entreprises que pour des raisons impérieuses, il convient de solliciter une escorte (gendarmerie ou BIR).

Sud-Ouest :

Tout déplacement dans la presqu’île de Bakassi est formellement déconseillé compte tenu de l’isolement et des problèmes d’insécurité liés notamment aux activités de contrebandiers, qui affectent ce territoire rétrocédé au Cameroun par le Nigéria en 2008.

Le parc national de Korup se trouve en partie dans la zone frontalière. Il convient donc de ne pas s’y rendre. L’autre partie peut être visitée mais en y étant très vigilant et en prenant au préalable l’attache des autorités locales (gendarmerie) avant de quitter Douala, Buea ou Limbe et le cas échéant en sollicitant une escorte (contact à établir avec le consulat général ou l’ambassade).

Laisser un commentaire

Scroll Up