Aller au contenu

Chutes de la Metché

Chutes de la Metche

Les Chutes de la Metché sont situées à une dizaine de kilomètres de Bafoussam, non loin du carrefour Dschang, au niveau de l’embranchement qui mène, d’une part à Dschang et d’autre part, à Bamenda.

Les colons français réprimaient la lutte menée par les maquisards de l’Union des populations du Cameroun (Upc) en les précipitant au bas des chutes. La hauteur, la puissance des eaux et l’impact de la chute sur les rochers ne donnaient aucune chance de survie aux victimes, et leurs corps étaient entrainés par les eaux. De cette façon, le colon n’était pas embarrassé par des corps gênants. Cette extermination par précipitation dura jusqu’au jour où un brave combattant, Fossi Jacob, décida de ne pas mourir comme un lâche, sans se battre. Au moment d’être précipité dans le fond, il s’agrippa sur à son bourreau blanc et l’entraina dans la chute. C’est ainsi qu’il sauva ses camarades qui attendaient leur tour, et mit fin au massacre.

Les populations de l’Ouest pratiquent un culte des ancêtres et honorent leurs crânes par des offrandes et des prières. Or, les crânes des victimes n’ont pas pu être récupérés par les familles. C’est en mémoire à tous ceux-là partis sans laisser de traces que les abords de la rivière en amont des chutes sont aujourd’hui transformés en lieu de culte traditionnel. La diversité des ingrédients traditionnels que l’on trouve sur les lieux témoigne de la fréquentation. Sel, jujube, huile de palme, poules, savons,… sont quelques produits apportés ici en offrande à ces ancêtres, afin qu’ils n’oublient pas les vivants.

Les Chutes de la Metché sont aussi un lieu de purification. L’accès au pied des chutes est aujourd’hui facilité par des escaliers aménagés, mais qui s’arrêtent à une distance respectable, permettant néanmoins aux visiteurs de contempler les chutes. Pour être au contact de l’eau à cet endroit et avoir accès à la grotte, une échelle a été descendue, qui permet surtout aux marabouts et exorcistes accompagnés de leurs clients d’aller au-delà. C’est une fois descendu de cette échelle que commence l’univers du mystique. Les cérémonies doivent se passer en pleine nuit, discrétion oblige. Pour parachever l’oeuvre de purification commencée dans ces eaux de la Metché, de nombreuses personnes repartent avec des bidons d’eau.


Laisser un commentaire

Scroll Up