Aller au contenu

La santé au Cameroun

Soins bébé

En raison de l’absence de sécurité sociale et de la pauvreté, la plupart des Camerounais ont recours aux médicaments de rue, achetés à la pièce à des vendeurs ambulants ou au marché. Souvent, il s’agit de médicament pirates, inopérants voire toxiques.

80% des Camerounais ont régulièrement recours à la médecine indigène et aux plantes, nettement moins chère que la médecine occidentale.

Souvent, lorsque l’on se décide à emmener un malade à l’hôpital, il est trop tard. L’hôpital refuse de soigner le patient s’il ne s’acquitte pas au préalable d’une somme conséquente (souvent plus de 100.000 FCFA). Dans ce cas, la solidarité familiale joue. Un membre de la famille mange le montant de sa tontine et paie les soins.

Le secteur de la santé souffre des conséquences combinées de la corruption, de la bureaucratie et de l’accaparement des ressources par le personnel. Les salaires insuffisants, la dévaluation des employés, une mauvaise gestion de l’administration et des conditions de travail difficiles accentuent ces types de comportements et étouffent ceux qui tentent en vain d’inverser la tendance, créant une brèche de plus en plus importante dans le système de santé publique.

De nombreux articles font état d’un mauvais entretien des structures médicales, avec seulement 20 à 25% des équipements médicaux opérationnels et un taux de fréquentation des hôpitaux ne s’élevant qu’à 30%.

L’espérance de vie à la naissance est très faible : 55 ans, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans est très important :136/000.

Les problèmes de santés les plus courants sont :

  • sous-alimentation des enfants
  • paludisme (souvent mortel chez l’enfant)
  • maladies diarrhéiques, typhoïde (souvent mortel chez l’enfant)
  • sida
  • maladies cardiovasculaires
  • accidents de la route
  • complications suite à la grossesse, l’avortement ou l’accouchement
  • choléra (Nord-Cameroun)
  • malnutrition des enfants

Laisser un commentaire

Scroll Up